Horecaplateau blog detail image
Deel dit artikel met je netwerk

Les tendances de fond du marché Horeca

Destins variés

Des informations aussi sensationnalistes que catégoriques virevoltent un peu partout : l’Horeca va mal, tous les feux sont en rouge ! Et plus on avance dans le déconfinement, plus il semble acquis que beaucoup ne se relèveront pas – on parle de pas moins de 30 à 50% de fermeture dans les hypothèses les plus pessimistes et de 30% de PRJ en plus - tandis que l’on ricane nerveusement à la lecture des mesures ubuesques qui seront vos prochains voisins de table : masque, gel et autres parois. Est-ce l’apocalypse ? Parlons franchement : oui. Mais nous voyons poindre des signaux encourageants depuis quelques semaines. 

Un secteur qui a acquis ses lettres de noblesse

Ni les effets de la crise de 2008, ni les attentats de Paris et Bruxelles, ni l’arrivée de la blackbox, n’avaient pu dévier le Politique de sa vision tronquée et caricaturale du secteur Horeca : argent noir, grosses voitures et billets débordant des poches. La crise que nous traversons a mis en lumière un constat évident : les plaintes constantes du secteur n’étaient pas des caprices mais relevaient d’un besoin essentiel engageant le pronostic vital de tout un secteur ! La population confinée, autant que le Politique, s’en est à présent rendu compte, éberlué de ne plus pouvoir y prendre son café ou d’y partager un repas autour d’une table.

Offre VS demande, un combat toujours inégal

Force est de constater que la 1ère vague de mises en vente « contre nature » d’établissements a été initiée depuis la mi-mai. Des établissements qui n’auraient pas étés en vente en temps normal. A coup sûr, la réouverture de l’Horeca, et son corollaire, la relance de nombreux frais jusqu’alors suspendus (personnel, matière première, …), complétée par l’exigibilité probable de certaines dettes (TVA, loyer, …), conjuguée à la plus que probable faible fréquentation des établissements (on évoque des chiffres de 15 à 30% de taux de fréquentation), sera le point de départ d’une 2ème vague nettement plus dévastatrice qui s’étalera jusqu’à l’automne. L’offre d’établissements Horeca sur le marché explosera, c’est une certitude, à la fois via des ventes volontaires, des ventes aux formules créatives, des PRJ voire les faillites.

Qu’en est-il de la demande ? Si nos propos sont d’une tristesse absolue, ils ne sont qu’un constat purement économique : Les acheteurs sortent du bois, et ce signal est à prendre positivement ! Qui n’a jamais attendu les soldes pour s’acheter un article tant espéré ? Et en effet, notre Cabinet est assailli de demandes diverses et variées depuis peu. L’impact sur les prix de vente se fera bien sûr au désavantage des vendeurs durant quelques mois, mais les niveaux de prix devraient revenir à un niveau normal d’ici la fin d’année. Faites donc le dos rond si vous le pouvez, adaptez votre formule ou vos horaires (service coupé, ou uniquement service de midi ou du soir, ou double ou triple service le soir à horaires fixes, …), tout en espérant que l’impact du télétravail sera négligeable. Quant aux acheteurs en quête de développement : merci de respecter le désarroi de ceux à qui vous vous adresserez en formulant des offres sérieuses et non vexatoires. La prochaine fois, ça pourrait être vous…

Source & contact
Envie de partager votre expertise avec le secteur?
Contactez-nous pour plus d'informations.